À propos

Ma démarche artistique consiste à créer des assemblages dans l’espace public ou en environnement naturel, avec des matériaux que je trouve lors de mes déambulations. La marche est au coeur de ma pratique artistique car je n’ai aucune idée de ce que je vais créer avant d’aller marcher.

L’oeuvre se dévoile quand je ramasse les objets qui me tombent sous la main. Je transforme in situ les matériaux de ma collecte et les compositions se font au grand air, en utilisant un minimum de moyens techniques. Cela m’offre une sorte de spontanéité et de liberté, tout en mettant l’accent sur un arc problématique plus grand, celui de la surconsommation généralisée et la dégradation environnementale.

Étant exposées au climat extérieur, mes oeuvres sont, pourrait-on dire, éphémères. Leur relative fragilité rappellera la force poétique qu’on peut trouver à la précarité ainsi qu’un concept d’impermanence, évoquant les philosophies orientales telles que le bouddhisme et le taoïsme.

Personnellement, j’apprécie les lieux abandonnés, les sites d’enfouissement sauvages et les grands espaces. Comme marquant la limite du monde, ils stimulent ma créativité. Dans leur chaos, j’entrevois des réalités possibles et de nouvelles formes.

Plus je crée, plus je tends vers une expression spontanée et heureuse. Je crois au potentiel révolutionnaire d’un affect joyeux et d’une amusante contagion sociale comme l’humour peut en produire. Je considère mon art motivé par une idée de la santé publique, produisant des oeuvres qui vous mettront de bonne humeur quand vous les remarquerez sur le chemin du travail, de la galerie, de la rivière, de la maison, etc.